" Nataraja " dans " Homéotéleutes "







NATARAJA









" Acquise chèrement au Taj Mahal, mausolée monghol, c'est une large tenture qui orne un grand mur et marquée de quelques points brodés: " Agra – 77 ": c'est le lieu et l'année.
En son centre, coloré, le dieu anthropomorphe, adoré très souvent sous la forme du linga et dont les attributs sont le taureau, le cobra; le fleuve du Gange coule dans ses cheveux; le trident, le tambour sont à proximité; assis sur une peau de tigre, en train de méditer, les cheveux tressés, guirlandés de serpents, c'est Shiva.



Une bouche purpurine, un pagne vermillon, ce regard puéril qu'ont les icônes hindoues, l'enchantement des couleurs, le chatoiement des fleurs en font un ornement dans toute la maison.
Chaque fois qu'elle observe la posture croisée du Nataraja, le "roi de la danse", le Pandit des pandits incarnant à lui seul érotisme et beauté, elle se place, songeuse sous l'égide sacrée.



Féconde et agile est à présent sa mémoire, refaisant en pensée la scène du voyage: c'est un jour tropical avant la mousson et le son de la cithare enchante plus encore l'air qui sent bon. L'arôme onctueux des fards et des onguents, la lumière dorée sur le mausolée, le khol qui souligne l'enveloppe palbébrale des femmes hindoues, le point de Krishna qu'on arbore au front, une foule de gens haute et forte en couleurs, des saris odorants, des longuis noués et des cris et des chants et des temples qui emplissent en tous lieux les villes bondées ...
Plus encore, une prière, un panégyrique que des bouches ferventes font devant les stupa: le shiva shakti parvient en écho aux images de lumière. Le dieu, vêtu d'un sari, prenant à l'indienne la pose d'un orant, suscite les parfums, les senteurs, le henné et toutes ces odeurs qu'on ramène avec soi quand on a voyagé.
Et l'exhalaison de l'encens qu'elle vient d'allumer, s'insinue, se déroule en sinueuse fumée, appelle une résonance linguistique et sacrée :
"Namasté".







..........................................................................



- Namaste est communément employé pour dire bonjour et au revoir sur le sous-continent indien. Cette salutation est largement utilisée en Inde ou au Népal. Namaste signifie « salutation » mais l'expression est souvent traduite par « Je salue le divin qui est en vous » même si ce n'est pas une traduction littérale.
- Shiva est quelques fois considéré comme le dieu du yoga et est représenté en tant que yogi qui possède la connaissance universelle, suprême et absolue.
- Dans son sens originel, un pandit est un hindou qui a appris les textes sacrés que sont les Védas et leurs mélodies afin de les chanter au cours des rituels. Pandit désigne en outre un lettré hindou issu de la caste des brahmans.
- Un orant ou priant, désigne, dans l'art religieux, un personnage représenté dans une attitude de prière, souvent agenouillé, les bras levés ou écartés, parfois devant un prie-Dieu.
- un panégyrique : éloge fait en public ou par écrit de quelqu'un, d'une institution, d'un pays, etc. 
- Shakti est un concept d'une divinité représentant la puissance féminine créatrice. Elle représente la Grande Mère divine et la puissance de la fécondité. Par extension, la shakti désigne l'énergie dynamique féminine . Le Shiva shakti est un chant religieux qui rend hommage à Shiva et à Shatki.

- Le linga est une pierre dressée, souvent d'apparence phallique, représentation classique de Shiva, et de l'énergie masculine
- Le stūpa:petit temple en Inde
- palpébral : qui est relatif à la paupière

Commentaires