" Dim up " dans "La Parole aux choses "




DIM UP


 




« J'ai toujours eu droit à un traitement de faveur. Plié précautionneusement entre du papier de soie, dans une boîte en tissu où voisinent bustiers brodés, Wonderbra en dentelles, porte-jarretelles aguicheurs et bodys dévergondés.
On me lave à la main, lessive très chère ; on me sèche dans une serviette éponge; on m’étend à peine, quelques heures tout au plus, au chaud dans la salle de bains.

Certains jours, au hasard d’un caprice vestimentaire - une nouvelle robe, une nouvelle jupe, un rendez-vous d’affaires - elle me revêt.
Toujours, elle met un gant fin avant de m’enfiler sa main, d’un geste tranquille, jusque tout en bas. Commence par enfiler, délicatement le pied –les ongles limés pour éviter tout démaillage- puis, lentement, se ganse jusqu’au haut de la cuisse.

Initiation à une nouvelle sensation du corps, nouvelle brillance d’un collant révolutionnaire à fil lycra guipé, trésor de technologie qui sublime sa jambe. Et pour finir, elle fait claquer, malicieusement, l’air satisfait, la bande dentelée qui porte l'élastique .

Juste avant de partir, une dernière fois, posant devant la glace et l’allure princière, elle soulève jusqu’en haut sa jupe légère : admire alors sa cuisse gainée de ce joli bas dont le haut en dentelle, subtiles arabesques, laisse voir un peu de sa peau rosée. Se tournant légèrement, elle observe le galbe rond que fait le bout de la fesse, ressortant admirablement et plus encore que d’ordinaire par cet heureux stratagème.

Ravie, elle s’écrie : " T’as vu !! Ils sont bien hein mes DIM UP !! "
Et lui, dans la salle de bains, embarbousé d’une mousse légère et blanche, le rasoir Bic en suspens, la déshabille d’un regard rieur et coquin. »

Commentaires